www.athle.fr
Accueil
athlétisme sud ardèche drôme

Jean Pellez, un nom que les athlètes connaissent ?

 

Le stadium Jean Pellez , tous les athlètes de la région et même de France connaissent le stade d'athlétisme couvert d'Aubière sous ce nom. Mais, si les anciens de l'athlétisme savent qui était Jean Pellez, qu'en est-il des jeunes athlètes qui vont régulièrement à Aubière pour les grands Championnats, des Régionaux aux Championnats de France ?

Même sur Internet, dans les moteurs de recherche, si vous écrivez le nom de Jean Pellez, vous trouverez beaucoup de références directes sur le "Stadium Jean Pellez", mais rien sur l'homme dont le nom a été choisi pour baptiser ce superbe équipement, inauguré en 2002 et réalisé par la communauté d'agglomérations "Clermont Communauté".

Je vous propose de découvrir ci-dessous qui était Jean Pellez  dans un document édité par "Clermont Communauté". Prochainement, une plaque commémorative et explicative sera installée au Stadium Jean Pellez.

Vous pouvez également voir un dossier complet sur le Stadium Jean Pellez en cliquant ici.

 


Ci-dessous, reportage télé de 1963 à propos du camp d'entraînement Volodalen en Suède qui a servi à l'équipe de France ... on y voit Jean Pellez, Michel Jazy, Guy Lagorce et d'autres.

retrouver ce média sur www.ina.fr

Jean Pellez : l'hommage à un grand sportif

Inauguré en septembre 2002, « le Jean-Pellez » est aujourd'hui entré dans le langage courant Mais qui connaît vraiment Jean Pellez, surtout chez la jeune génération ?

Décédé prématurément en septembre 1998, à l'âge de 59 ans, ce sportif auvergnat d'adoption est resté l'une des figures emblématiques de l'athlétisme français des années 60-70.
Né en 1939 dans le nord de la France, à Valenciennes, c'est à Commentry dans l'Allier où ses parents se sont installés, qu'il fait ses armes, d'abord dans le basket, avant de s'orienter rapidement vers l'athlétisme.
En 1961, il arrive à Clermont-Ferrand pour suivre ses études de kinésithérapeute. Il prend sa licence au Stade Clermontois, où l'on détecte chez lui une aptitude pour le demi-fond.
Jean Pellez devient alors l'un des meilleurs spécialistes français du 800 mètres aux côtés d'un certain Michel jazy, éternel rival et ami fidèle. Il remporte le 800 mètres de France-Russie en 1963, participe aux championnats d'Europe de Budapest en 1966.
Jusqu'en 1969, il compte 20 sélections en équipe de France et un capitanat pour le match France-Angleterre en 1972. Il raccroche la compétition en 1975 et partage alors son temps entre son métier de kiné, l'encadrement des stages nationaux espoirs, l'entraînement des benjamins du Stade clermontois et la pratique du yoga. La maladie aura raison de son corps, mais l'esprit de Jean Peliez règne toujours sur l'agglomération clermontoise.

Marie-Claude Pellez, sa veuve :
"C'est le plus beau cadeau qu'on pouvait lui faire"

Comment est née l'idée de donner le nom de votre époux au stadium ?
Lorsque mon mari est décédé, j'étais éducateur sportif à la Ville de Clermont, où j'ai travaillé quarante ans. On a alors évoqué cette possibilité.
Puis Clermont Communauté m'a contactée et j'ai donné naturellement mon accord. Quatre ans, presque jour pour jour après sa mort, le stadium était inauguré.
Entre temps, d'autres propositions m'avaient été suggérées, notamment à Commentry où il avait démarré sa carrière. D'ailleurs, il y a un gymnase et une rue qui portent aussi son nom là-bas.


Comment vit-on cette expérience ?
Au début, c'était difficile, je le reconnais. J'avais envie de pleurer à chaque panneau qui indiquait son nom. Mais à présent, je m'y suis habituée.
D'ailleurs maintenant, lorsqu'on me demande mon nom dans un magasin ou autre, je réponds :"Pellez, comme le stadium !".

C'est aussi une source de fierté ...
Tout à fait. Je suis très fière de tout ce qu'a fait mon mari. Donner son nom à l'un des plus beaux stades d'athlétisme de France, c'était le plus beau cadeau qu'on pouvait lui faire. C'est aussi important pour ses enfants et pour la jeune génération.
Son nom et sa mémoire sont perennisés.